6 idées reçues sur la mode alternative

 

Honest By Sport collection by Bruno Pierters

Honest By Sport collection by Bruno Pierters

Mode alternative, slow fashion, mode éthique. Ces expressions que l’on voit de plus en plus souvent désignent un phénomène qui se répand peu à peu. La mode alternative, c’est une mode qui se veut plus honnête, transparente et respectueuse, tant d’un point de vue écologique que social. 

De plus en plus de personnes prennent conscience que bien se vêtir n’est pas seulement une histoire de style, mais aussi un enjeu écologique et social ; et c’est tant mieux ! Malgré tout, un certain nombre d’idées reçues subsistent à l’égard de la mode éthique. Et finalement, dans les faits, à peine 1 personne sur 8 prend actuellement en compte la durabilité de ses achats quand il s’agit des vêtements (source Greenpeace). 

Voici donc les 6 idées reçues à l’égard de la mode alternative que je vais tenter de dissiper.

Honest By reveals where each product comes from and how much everyone gets paid.

Honest By reveals where each product comes from and how much everyone gets paid.

1- Bien s’habiller ce n’est pas le plus important 

A priori, c’est vrai que cela semble superficiel. Il est légitime de penser que, pour prendre soin de sois et de l’environnement, il vaut mieux faire attention à ce que l’on mange plutôt qu’à ce que l’on porte. Après tout, on ne dévore pas sa robe ou son sac à main (n’est-ce pas ?). 

Du coup, on accorde plus d’importance au fait de manger sain et bio pour rester en bonne santé. Car au final, les vêtements restent sur notre peau et pas dans notre organisme. Erreur pourtant ! La grande majorité des vêtements produits créés par les géants du prêt-à-porter contiennent, entre autres, des traces de NPE, un produit particulièrement toxique qui agit comme perturbateur endocrinien pour l’humain.

Les gens ont également tendance à oublier (ou à ignorer) que l’industrie de la mode est la deuxième plus polluante au monde. Il est donc plus que temps de changer notre façon de nous habiller et de consommer des articles de mode.

Honest By shows where materials come from, how much they cost, who made the product, where it was made and how much money everybody earns.

Honest By shows where materials come from, how much they cost, who made the product, where it was made and how much money everybody earns.

2- trop c’est trop

C’est la suite logique de la première idée, il y a comme un phénomène de trop-plein. Trop de restrictions, trop de contraintes, trop de choses à changer dans nos habitudes pour limiter notre impact sur l’environnement. Réduire ses déplacements en voiture, moins prendre l’avion, manger bio, trier ses déchets, etc.  Cela engendre une forme de découragement chez certains. Et dans tout cela, le choix de ce que l’on porte n’est, pour beaucoup, pas la priorité. D’ailleurs, pas mal de personnes dans mon entourage me disent : « De toute façon, tout est mauvais pour la santé et pour la nature. Si l’on écoute tout le monde, on ne fait plus rien, on ne vit plus ! ». Et du coup, elles ne changent rien, ou si peu… elles ferment les yeux. 

All pieces of the Honest By sport collection were made in Germany out of organic cotton.

All pieces of the Honest By sport collection were made in Germany out of organic cotton.

3- c’est bien mais c’est cher

Passons maintenant à l’aspect financier. Il est vrai que les produits de la mode éthique affichent bien souvent des prix plus élevés que ceux des grandes enseignes de prêt-à-porter. Là, pas besoin d’épiloguer des lustres… H&M, on peut dire ce qu’on veut, c’est pratique et pas cher. On trouve tout pour presque rien. 

Pour presque rien vraiment ?

En effet, ce n’est pas cher si l’on ne prend pas en compte le prix réel qui se cache derrière chaque vêtement/sac, c’est-à-dire le coût écologique et le coût social. Le gaspillage d’eau et l’utilisation massive de pesticide interdit en Europe (pour la production de coton notamment), les teintures toxiques qui finissent dans les rivières, les émissions de CO2, les matières synthétiques dont les particules se retrouvent dans nos organismes, et les conditions de travail horribles des hommes, des femmes et même des enfants qui produisent ces vêtements. Et j’arrête ma liste là.

Certes, la mode alternative propose des produits relativement plus chers, mais c’est le coût d’une consommation de qualité plus saine, plus durable et plus transparente. C’est une mode qui préfère garantir des salaires juste pour les gens qui travaillent, plutôt que d’accroitre abusivement ses marges.

The prints, made in Antwerp, reveal all the manufacturing details.

The prints, made in Antwerp, reveal all the manufacturing details.

4- c’est moche

C’est un cliché qui revient assez souvent. Certains individus, quand on parle de mode alternative, s’imaginent tout de suite un marginal aux cheveux longs qui porte des colliers de haricots et un gros pull en laine qui gratte. 

Évidemment, rien de tout cela n’est vrai ! Il est tout à fait possible d’être stylé et élégant (et peut importe notre définition de l’élégance ;)) avec des vêtements/sacs issus de la mode éthique. Aujourd’hui, vous pouvez trouver absolument tout ce qu’il vous faut : robe, sac, chaussures, pull, lingerie… Et ce peu quels que soient vos goûts et votre style. 

Notons cependant que de manière générale, les marques de mode alternative proposent des collections avec un style plus intemporel que ce que vous pouvez trouver dans les grandes enseignes de prêt-à-porter. C’est d’ailleurs là leur intérêt. Leur but étant de ne pas surfer sur les tendances éphémères, et ainsi, ne pas inciter à la surconsommation. 

The collection is genderless and seasonless.

The collection is genderless and seasonless.

5- Ce n’est pas très répandu

Pour beaucoup, la mode alternative est encore un concept isolé avec peu de marques pour la représenter. Il faut dire que la grande distribution, avec sa pub omniprésente et ses milliers de boutiques à travers le globe, masque les initiatives plus locales. 

Pourtant il y a aujourd’hui bon nombre de petits labels qui proposent des collections originales et revendiquent une mode plus saine. Que ce soit des projets d’artisanats, éco-responsables, vegan, équitables, solidaires, made in Europe, ou autre, les initiatives ne manquent pas. En revanche, ce qui manque à ces marques, c’est de la visibilité !

Si vous souhaitez en connaître quelques-unes, je vous encourage à télécharger mon guide des marques. J’y partage mes coups de cœur personnels ;)

“Total transparency is easy. The only reason it doesn’t happen is because consumers don’t understand that they can demand it.” Bruno Pieters

“Total transparency is easy. The only reason it doesn’t happen is because consumers don’t understand that they can demand it.” Bruno Pieters



6- C’est difficile de s’y retrouver

C’est vrai que ce n’est pas toujours évident de reconnaitre ce qui est véritablement éthique de ce qui ne l’est pas. Le terme éco-responsable est devenu un argument commercial, et les grandes entreprises sont passées maîtres dans l’art du greenwashing. 

À cela, s’ajoutent des difficultés structurelles propres au milieu de la mode. Pour Daniela Kistler de Public Eye et du réseau d’ONG Clean Clothes Campaign (CCC), la chaîne logistique extrêmement complexe et la multitude d’acteurs qui forment l’industrie textile, rendent cette dernière très dure à contrôler. 

Pour vous assurer qu’une marque est bien éthique, il y a quelques points sur lesquels vous devez porter votre attention : les valeurs de la marque (son slogan), le pays de fabrication, les matières utilisées et le nombre de collections qu’elle propose (un trop grand nombre de nouveautés étant suspicieux). Ces quelques vérifications peuvent vous aider à identifier facilement l’honnêteté de la démarche d’une marque alternative. En cas de doute, n’hésitez pas à envoyer un mail pour lui poser vos questions.


Photos: Honest by. Sport collection

Photography by Bruno Pieters Hair & Make-up Gina Van Den BerghModels: Inge Geurts, Raymond Pinto, Charlene Tyberghein, Vyvy Zwevenepoel, Nicolas Mortelmans

 
Laura Margna