Créer sa marque de mode

 
 

Many people wonder how they can get their start in the fashion world. What are the steps involved in creating your own brand? And what order do they go in?

In this article, my goal is not to overwhelm you with all of the details (this article would be far too long), but rather to give some insight into the broader process of creating your own accessory/clothing line. An introduction of sorts.

At the same time, it is important to recognize that what I say is not the universal truth. I can only give advice based on my own experience. It’s up to you to figure out what specifically suits your project and your needs.

Some of the questions that I hear most frequently are:

  • Should I start by creating my website?

  • Should I start by creating my business card and logo?

  • Should I start by looking for supplies?

  • When should I start creating my own collection?

All in good time! These things all come later.

It’s normal to want to begin with these milestones -- these tend to make us feel accomplished and motivated. Nevertheless, it is best to begin by formalizing the fundamentals of your brand.

Here, in my experience, are the 6 key steps in creating your own fashion brand.

Source: 1Granary, Noa Raviv

Source: 1Granary, Noa Raviv


1— Le positionnement de sa marque


C’est une étape essentielle dont tout le reste (produits, site web, logo, communication…) dépendra ! Il est crucial de ne pas la bâcler ! 

Trouver le positionnement de sa marque ça demande du temps, des recherches et de la réflexion.

Il s’agit de définir l’ensemble des éléments matériels (matières, design, logo…) et immatériels (valeurs, éthiques…) qui caractériseront votre marque et la distingueront des autres.

Le but est de créer une préférence en faveur de vos produits.

C’est en quelque sorte la carte d’identité de votre marque, la manière dont elle sera perçue. Si vos produits sont amenés à évoluer avec le temps, cette identité elle ne changera pas, ou très peu.

C’est dans cette étape que l’on définit sa gamme de prix, que l’on analyse la concurrence, que l’on détermine sa clientèle type, bref que l’on fait du marketing. Ce n’est peut-être pas le plus exaltant, mais c’est indispensable !

Source: 1Granary, Noa Raviv

Source: 1Granary, Noa Raviv

2— Le design


Là, on commence à rentrer dans le concret, le palpable. Il s’agit d’élaborer votre concept et de dessiner vos produits.

On commence par faire des recherches de formes, de matières et de couleurs. On réalise ce qu’on appelle un moodboard. Il s’agit d’un assemblage d’idées, de mots, d’images ou de matières censé exprimer votre concept. Vous pouvez le réaliser au format papier ou numérique.

Mais alors que le monde est plein de bons produits, comment arriver à démarquer les vôtres ? Comment fait-on un bon design ? C’est là que l’étape précédente fait la différence !

Une erreur classique est de vouloir plaire à tout le monde. Mais je vous le dis tout de suite : c’est impossible ! Il faut assumer pleinement ce que l’on est et apporter sa personnalité, ses envies et ses rêves !

Un bon design part d’un manque ou d’un désir à combler. « Tiens, c’est dommage qu’il n’y ait pas de sacs comme ci » ou « J’aimerais tellement un porte-monnaie comme ça, mais je ne le trouve pas ». Le but du créateur de mode c’est d’être à l’écoute et toujours à l’affut des attentes en matière de mode.

Enfin, débutez petit ! Au début, on déborde d’idées et c’est normal. Mais vouloir faire beaucoup de pièces différentes dès le départ ça peut être risqué et couteux… 

Commencez par concevoir un ou deux modèles phares. Cela permettra de bâtir l’image de votre marque auprès de votre clientèle cible, et de vous faire la main à moindre risque.

3— Trouver son/ses fournisseurs

Une fois que votre positionnement est clair et que vous avez dessiné vos premiers modèles, il faut trouver la bonne manufacture/fabrique.

Si vous n’en connaissez pas, vous pouvez commencer par faire des recherches sur internet. Faites-vous une liste des manufactures qui vous intéressent et qui correspondent à vos critères et à votre positionnement (travail manuel, matières bio, pays d’origine, conditions de travail des artisans…). 

Vous pouvez aussi y aller au feeling. J’entends par là que vous pouvez vous rendre directement dans une ville ou une région, que vous aurez au préalable identifiée, et qui est reconnue pour ses artisans, ses manufactures, ses ateliers de tissus, etc. C’est sur place que vous vous appliquerez à trouver votre futur collaborateur, en visitant directement des manufactures et en discutant avec les locaux. C’est laisser plus de place au hasard, ce qui peut être plus exaltant (ou angoissant pour d’autres^^). Moi, c’est de cette manière que j’ai trouvé, en Andalousie, la manufacture avec laquelle je travaille… 

Mais quoiqu’il arrive, ne précipitez rien ! Il est capital que vos relations avec le fournisseur soient saines. Pour cela, rien de mieux que d’aller visiter les locaux de la manufacture et de parler avec le dirigeant et les employés. Confiance est le maître mot ! 

Si vous pensez faire produire à l’étranger, assurez vous de pouvoir communiquer dans une langue commune, ou alors trouvez un traducteur. 

Source: 1Granary, Photography by Ottilie Landmark

Source: 1Granary, Photography by Ottilie Landmark


4— Le prototypage

C’est le moment où vous faites les premiers patrons, les premières moulures, les fiches techniques, et que vous envoyez le tout à la fabrique. 

Cette dernière vous retourne alors un exemplaire non définitif de votre produit. Si le prototype est conforme à vos attentes, vous pouvez lancer la production. Sinon il vous faut apporter les modifications souhaitées sur les fiches techniques et les renvoyer à la fabrique. 

C’est une étape trèèèss importante et qui peut prendre du temps. L’important, c’est de se retrouver à la fin avec un produit fidèle à vos attentes et sans malfaçons.

Il ne faut pas se décourager si cette étape vous semble durer une éternité, surtout la première fois. Je sais à quel point cette attente peut être très frustrante, mais il faut prendre son mal en patience. Pour moi, il a fallu 7 prototypes, et presque deux ans, pour que le Noué bag soit comme je le voulais…

Comme ce n’est pas le genre de chose qu’on apprend concrètement à l’école, et que je n’avais personne pour me conseiller, notamment sur la réalisation des fiches techniques (en espagnole dans mon cas), il m’a fallu du temps et des erreurs pour arriver au bon résultat.

À ce moment, on prend pleinement conscience que matérialiser une idée dans ses moindres détails ce n’est pas si facile que ça en a l’air.

5— Bien s’entourer

Pour ne pas mourir d’angoisse durant l’attente qu’engendre l’étape précédente, il faut rester actif et continuer de faire avancer son projet. C’est à ce moment que vous pouvez créer votre site web, votre carte de visite, faire votre logo et organiser votre premier shooting. 

Que vous soyez designer, photographe, graphiste ou barman, rien ne vous empêchera de rentrer dans l’univers de la mode si cela vous tient à cœur. Cette détermination est certes indispensable, mais elle a ses limites… de même que (bien souvent) vos moyens financiers. 

C’est parce qu’on a une grande motivation et un petit budget que, au départ, on est tenté de s’engager en solitaire dans une telle aventure. Mais autant le dire tout de suite : vous ne pourrez pas tout faire tout seul ! Même si vous apprenez par vous-même un tas de compétences utiles (ce qui est indispensable et préférable), vous vous rendrez compte que le temps file vite, trop vite. Vous prendrez aussi conscience que malgré tous vos efforts, vous ne pouvez pas être bon partout. 

C’est pour cela que bien s’entourer est important. Évidement, l’idéal est d’avoir dans son entourage un graphiste, un designer, un photographe, un développeur web… bref tout ce qui peut être utile dans la création de votre identité visuelle et de votre boutique en ligne. 

Si vous ne connaissez personne, pas de panique ! Aujourd’hui, il existe de nombreuses plateformes de freelance qui vous permettent de trouver la personne qu’il vous faut, au bon moment, pour des missions ponctuelles. Si votre budget est restreint, sollicitez de préférence des étudiants.



Source: NJ.COD Paris Website

Source: NJ.COD Paris Website

6— La vente

Ça y est, vous y êtes ! Votre collection est comme vous l’imaginiez, votre site internet est prêt et votre logo canon. Vous pouvez être fière de vous et savourer cet instant ! 

À ce moment, on peut avoir le sentiment de toucher au but. Le temps passé sur votre projet peut vous amener à croire que le plus dur est fait, qu’on est tranquille quoi ! 

Mais en fait, c’est à cet instant que l’aventure commence réellement.

Maintenant, il vous faut communiquer autour de votre marque, vous faire connaître et surtout vendre vos créations ; sinon tout ce que vous aurez fait auparavant n’aura pas servi à grand-chose. 

Là encore, le positionnement de votre marque va déterminer la façon dont vous devez communiquer et distribuer vos produits. Les réseaux sociaux à utiliser, les contenus à publier, votre prix de vente, vos marges, la vente en ligne ou via des boutiques relais, ou un peu les deux, faire des marchés de jeunes créateurs… 

Vous l’avez compris, créer sa marque de mode n’est pas de tout repos, c’est un chemin qui peut être long et semé d’embûches. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut se décourager ! 

 

 
Laura Margna